Je suis tombée, cette semaine sur un article sur les différents guides alimentaires dans le monde. Vous connaissez tous le guide alimentaire canadien… Quoique si vous ne l’avez pas vu depuis quelques années, il a changé (vous pourrez le voir dans le diaporama). La plupart des pays occidentaux publient un guide alimentaire. Ils se basent, entre autres, sur les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui sont les suivantes :

  • Augmenter la consommation de fruits, de légumes, de légumineuses, de grains entiers et de noix.
  • Augmenter substantiellement la pratique d’activité physique tout au long de la vie.
  • Remplacer les gras saturés et trans par des gras insaturés, et réduire la consommation totale de gras.
  • Privilégier le poisson, les viandes maigres et les produits laitiers faibles en gras si on consomme des produits animaux.
  • Réduire la consommation des sucres « simples ».
  • Réduire la consommation de sel, de toutes provenances.
  • Diminuer le marketing intensif destiné aux enfants, concernant les produits riches en gras et en sucre.

Ces recommandations pour l’élaboration des guides alimentaires sont basées sur des recherches scientifiques (voir le Healty Eating Pyramid),sur des facteurs culturels, politiques et économiques du pays. L’industrie agroalimentaire est même consultée…conflit d’intérêts? Je pense. Par exemple, le Physicians Committee for Responsible Medicine, qui prône le végétarisme, a porté plainte, et gagné, contre le ministère américain de l’Agriculture en 2000. Le jugement a déterminé que le Ministère avait intentionnellement caché des renseignements concernant les liens entre des responsables du guide alimentaire et les industries laitière, de la viande et des oeufs. C’est pourquoi, d’un pays à l’autre, le guide alimentaire est différent et pourquoi il est souvent critiqué.

J’ai ressortis quelques exemples qui m’ont frappés :
Voyez ici, le guide de l’Angleterre. Si vous remarquez une portion de l’assiette est réservée aux aliments qui ont un taux élevé en gras et en sucres…

Le guide alimentaire méditerranéen organise des recommandations sur une base quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle. Aussi, on y divise les viandes rouges des autres et on inclut le vin dans la section quotidienne.

Au Japon, ce sont les fruits et les légumes qui sont séparés. J’aime bien la forme. Si on ne fait pas d’exercice, la toupie va s’effondrer… intéressant.

Ce qui m’a frappée, dans le guide alimentaire de l’Espagne, c’est la place réservée à l’huile d’olive. Comme chez les Grecs, elle fait partie intégrante de l’alimentation quotidienne.

Évidemment, j’aurais pu vous en montrer plein d’autres, mais je crois que vous comprenez…