Crise cardiaque, haute tension et autres problèmes de santé. C’est ce que le sel représente pour vous? Alors, vous coupez le sel en cuisinant et à la table?

Pour moi, le sel est indispensable lors de la cuisson. Il n’est pas qu’un condiment, mais un aliment en soit. Il accentue le sucré, c’est pour ça qu’on en met dans les gâteaux ou qu’un caramel à la fleur de sel est si bon. Il diminue l’amertume, on le combine donc au vinaigre ou aux olives. De façon générale, il rehausse les saveurs des aliments. On utilise aussi le sel pour influencer sur la texture et l’apparence des aliments. Une croûte de sel retiendra la chaleur et la vapeur d’eau d’un poisson ou d’une pièce de viande. Le sel dégorge la viande et certains légumes comme l’aubergine et le concombre qui seront ensuite plus digestes. Le sel pour aussi altérer la couleur des aliments. Des pommes de terre rôties resteront blanches sans sel et au contraire, du chou-fleur deviendra jaune.

Savez-vous que le sel ajouté lors de la cuisson ne représente en moyenne que 6% du sel qu’on consomme dans une journée? Vous êtes surpris?

Quelques trucs pour utiliser le sel :

  1. Saler une viande ou un poisson après une première cuisson et non avant de la cuire : si vous salez avant de cuire, la viande sera plus sèche, plus difficile à mâcher, et sa couleur en sera altérée.
  2. Saler les légumes à la mi-cuisson : si vous salez avant ou au début de la cuisson, les légumes vont durcir.
  3. Pour sublimer les sucres, donner du croquant ou un goût salé plus prononcé, ajoutez du gros sel en fin de cuisson au lieu du sel régulier.
  4. Rectifier l’assaisonnement à la fin : tout au long de la cuisson, utiliser le sel avec parcimonie. Il est plus facile d’ajouter du sel en fin de cuisson que d’en enlever 5 minutes avant de servir.
  5. Saler l’eau des légumes que vous faites bouillir :  sans le sel, les légumes dans l’eau perdent leurs sels et minéraux naturels, qui sont bénéfiques à votre santé.
  6. Ne saler pas machinalement sans goûter : choisissez en fonction du plat le meilleur type de sel : fin, gros, fleur de sel, sel aromatique, etc.
Bon bon, les médecins ont quand même raison. Manger trop de sel est très nocif pour la santé. Mon argument?    Coupez, coupez, mais pas dans la cuisson. Alors où?!

 
La majorité du sel qu’on consomme provient de deux catégories d’aliments. La restauration rapide et les aliments transformés. Savez-vous que Burger King a les hamburgers les plus salés au monde? Oui, oui, sur toute la terre! C’est certain, qu’un hamburger est facilement identifiable comme un aliments qui aura une teneur élevée en sel, mais quant est-il d’un sandwich au poulet? De chez Scores, par exemple… ça ne devrait pas être si pire non? C’est du poulet après tout? Eh bien, en en mangeant un, vous consommerez jusqu’à 4470mg de sodium. Ah oui? Ah ouain, c’est beaucoup? C’est quoi donc, le maximum recommandé? 2300mg. Dans toute une journée, n’est-ce pas? Pas dans un seul repas! Alors, comment couper du sel? En coupant, les chaînes de restauration rapide. Et pour les aliments transformés? Principalement dans les plats surgelés, les viandes froides, les sauces et condiments achetés, les soupes et les bouillons achetés, croustilles, noix, les fromages, etc. On ne peut pas arrêter de tout manger cela. Le mot d’ordre? Quand c’est fait maison, vous contrôlez le sel.

 
Pour réduire votre apport en sel, il faut y aller étape par étape. Une réduction de 10% à 20% n’est généralement pas détectée. Habituez-vous à cette nouvelle quantité, puis réduisez encore…

 
Et quand vous cuisinez, si vous êtes comme moi, faites-vous plaisir et saler (mais coupez ailleurs!)

 
Selon vous, faudrait-il que le gouvernement oblige les industries à réduire le sel dans les aliments qu’ils produisent?
 

J’ai hâte de vous lire à ce sujet!

 

Références :

 

http://www.salines.com/89-24-utilisations_du_sel_en_cuisine.html
http://www.scores.ca/23-menu-valeurs-nutritives-et-allergenes.html